Archives de catégorie : Atef Abou-Seif

Couvre-feu

La solitude m’a appris à chérir les moindres détails. Je peux donc décrire en long et en large une tasse de thé, observer la façon dont la vapeur s’en échappe. Je la vois se former comme de la buée sur buée sur une vite. Je me suis mis aussi à penser que le bourdonnement d’un drone ressemblait au cri du chardonneret. Que la sirène de l’ambulance n’était rien d’autre qu’une fausse note jouée par mon voisin pianiste. Que l’arbre qui n’ombrage plus l’extrémité de la rue est parti se balader avec ses petites amies. Je farfouille dans mes vieux papiers, à la recherche de l’inscription qui figure sur une photo de moi enfant. J’ai tout le temps, je peux à loisir discuter avec la photographie de ma mère, qui pend au mur. Le son de ma voix doit lui manquer, autant que le sien me manque. Je ne sais trop comment passer ce long moment, prisonnier de ces quatre murs. Il m’est interdit de sortir dans la rue.


« Nature morte : Scènes de la vie à Gaza »
Textes traduits de l’anglais par Etienne Verhasselt.
Source : « Palestine. Rien ne nous manque ici. »
Revue ah ! éditions cercle d’art.
Octobre 2008

Atef Abu SeifAtef Abou-Seif est né en 1973 dans un camp de réfugiés de la bande de Gaza. Après un doctorat en sciences politiques en sociales (Institut universitaire européen de Florence), il entame une carrière journalistique et littéraire. Auteur de quatre romans (dont Shadows in the Memory – 1997 et The Salty Grape of Paradise – 2003/2007), il a également écrit des nouvelles et deux pieces de théâtre créées à Gaza, ainsi qu’un essai : Civil Society and the State : Theoretical Perspective with Particular Reference to Palestine (2005).